mercredi 14 octobre 2015

Whisky-Coca

Il y a quelques soirs j'étais à la terrasse d'un bar avec un ami. Un bar sympathique mais bondé parce qu'ils y ont l'excellente idée d'y servir des pintes de flotte aromatisée à la bière pour un prix dérisoire... Nous nous sommes retrouvés entre deux tablées de mecs; d'une part un groupe qui s'apparentait à un rassemblement de jeunes Fillonistes en hypotension, et de l'autre cinq types déjà totalement arrachés au Whisky-Coca à 21h.
Je sais que c'était du Whisky-Coca parce que bizarrement, ils avaient tendance à parler de leurs breuvages beaucoup et très fort, en insistant bien sur "Whisky-Coca", comme si ça pouvait éventuellement être une source d'émerveillement ou d'admiration pour la plèbe alentour ("Est-ce un oiseau? Un avion? Mais non, c'est un...WHISKY-COCA!").

Il se trouve qu'à la table à côté de ces cinq types, il y avait un couple dont c'était visiblement le tout premier rencard. Ils avaient probablement matché sur Tinder quelques heures plus tôt, le garçon avait dû écrire "Salut sava?" et la fille avait sans doute décidé de faire fi de son orthographe douteuse parce que quand-même, les photos donnaient envie et que le seul kiki qu'elle avait entraperçu depuis 2011, c'était celui de Sylvain Potard dans le calendrier des Dieux du stade.

Les cinq types, quand ils se sont rendus compte de ce qui se tramait juste à côté d'eux, se sont mis à hurler "LE BISOU! LE BISOU! LE BISOU!", ce qui n'a pas manqué de me rappeler les heures les plus sombres de l'histoire des Z'amours. J'aurais été la fille, je leur aurais balancé mon verre à la tronche, mais le couple a réagit plus sereinement en se contentant de leur adresser des sourires embarrassés, puis de se barrer.
Après leur départ, l'un des gars, tout content, a dit à ses copains le plus sérieusement du monde "Non mais vous vous rendez-compte, si ça se trouve on a aidé à la formation d'un nouveau couple alors qu'on était là, tranquilles avec nos WHISKY-COCAS!".

Ce jeune homme était peut-être dans le vrai : le couple s'est peut-être dit "Wow, cinq couilles avinées nous ont incitées à nous rouler un palot, on doit vraiment être faits l'un pour l'autre, c'est le destin!", et s'ils se sont éclipsés aussi précipitamment c'était sans doute pour s'empresser de consommer cet amour fulgurant né de la combinaison magique entre la technologie moderne et l'ébriété subtile de cinq apôtres de Patrick Sébastien.

Peut-être même qu'aujourd'hui ils sont mariés et ont deux gamins (certes, c'était  vendredi dernier, mais tout va tellement vite de nos jours...)




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire